Les villages des Gorges du Tarn

Version imprimable de cet article Version imprimable

Si de sa source sur le Mont Lozère à 1 600 m d’altitude jusqu’à Florac le Tarn prend des airs de torrent impétueux, lorsqu’il arrive à Ispagnac il se glisse entre les causses de Sauveterre et Méjean. Il nous laisse l’héritage de se canyon creusé sur des millions d’années. Sur 53 kilomètres les gorges du Tarn déroulent ses méandres, ses cirques et chaos...parsemés de villages typiques.

Sainte-Enimie

JPEG - 229 ko

Classé parmi les plus beaux villages de France.
Le village médiéval de Sainte-Enimie se développe autour du monastère bénédictin fondé en 951 à la demande d’Etienne, évêque de Mende. L’implantation d’une communauté de moines bénédictins dépendant de l’Abbaye de Saint-Chaffre en Velay, marque une période de prospérité économique.
Le récit de la vie et des miracles de sainte Enimie attire de nombreux pèlerins.
La situation de la bourgade sur des voies de communications ancestrales (draille d’Aubrac, Camin Romieu ou Camin Ferrat) constitue un atout majeur pour la circulation des pénitents et des marchandises.

A la Révolution, le monastère est en parti détruit, son mobilier et ses archives sont brûlés. L’abbaye sert de carrière. Le village prend le nom de Puy Roc.

Au XXe siècle, la mécanisation et le phylloxéra font disparaître progressivement les vignobles en terrasse.
En 1905, l’ouverture de l’actuelle route des Gorges du Tarn apporte un désenclavement partiel à la région.
Les conflits du début du XXe siècle et l’industrialisation vident le pays de la population active. Après la dévaluation de la laine, les caussenards restructurent l’élevage ovin, au profit des races à lait et à viande.
Vers 1950, Sainte-Enimie et les Gorges s’orientent vers une nouvelle ère économique basée sur le tourisme. L’A75, qui relie Clermont-Ferrand à Montpellier, désenclave désormais la région dans sa totalité.

Aujourd’hui, 250 personnes habitent à l’année le village de Sainte-Enimie. La commune, quant à elle, compte 500 habitants : elle comprend 25 hameaux et villages (Sauveterre, Champerboux , Saint-Chély-du-Tarn, Pougnadoires, etc.…)

Dans le village médiéval, 16 panneaux expliquent l’histoire du village.
Téléchargez le plan du village. (855.9Ko)
Téléchargez les 16 panneaux de la signalétique du village de Sainte-Enimie. (6.2Mo)

La source de Burle, puits vauclusien aux eaux d’un bleu profond, a été mise en valeur par l’aménagement d’une passerelle (2014) qui domine la vasque.

JPEG - 115.9 ko

Quézac

Connu pour son eau, ce bourg possède un joli pont construit par le pape Urbain V pour permettre aux pèlerins de l’époque de rejoindre le sanctuaire qu’il avait fait édifier. Détruit à cause des guerres de religions, il fut reconstruit au XVIIe siècle. Le vallon qui entoure Quézac jouit d’un micro-climat doux et ensoleillé qui a favorisé le développement de l’agriculture.

JPEG - 162.3 ko
Pour en savoir plus sur l’histoire du village de Quézac :
Téléchargez les 14 panneaux de la signalétique du village
1 2 3 4 de 5 à 7 de 8 à 14

Montbrun

Perché en amphithéâtre dominant la vallée du Tarn, c’est la valeur défensive du site qui a fixé son implantation. Montbrun est une ancienne forteresse. De son château mentionné en 1053 il ne reste que le nom et la chapelle devenue église paroissiale.

JPEG - 187.3 ko

Castelbouc

Accroché aux falaises du causse, c’est un village troglodytique surplombé par un magnifique château en ruines. Le château a été démoli au XVIe siècle car il servait de repaire à des pillards, mais ses ruines dominent toujours le village.

JPEG - 233.6 ko

St Chély du Tarn

Situé sur la rive gauche du Tarn, le village a gardé une belle architecture traditionnelle, mais aussi le charme d’un village quasi insulaire entre rivière et falaises. Un élégant pont permet d’y découvrir le site, l’église, les sources et la chapelle de Cénaret.

JPEG - 239.4 ko

Hauterives

Ce village de pierres a conservé son patrimoine architectural grâce à son isolement. Il est accessible uniquement à pied ou en canoë. Les maisons assises à même le roc sont groupées et bâties à l’abri des crues. Tout le paysage autour de Hauterives est marqué par le travail de l’homme. A mi-pente se dresse les ruines du château.

JPEG - 221 ko

La Malène

Constitue l’un des principaux points de passages entre les causses Méjean et Sauveterre. Ce village a connu des heures difficiles au cours de son histoire, le rocher de la barre en porte encore les stigmates noircis, témoin des incendies qui ont ravagé le site. Point de départ de la descente du Tarn avec les bateliers.

JPEG - 208.9 ko

Pour en savoir plus sur l’histoire du village, de la Batellerie et les moyens de communications dans les Gorges du Tarn :

Les Bateliers des Gorges du Tarn. (2.5Mo).
Les moyens de communications dans les Gorges du Tarn. (1.7Mo)
Parcours historique de La Malène. (4.3 Mo)

L’architecture romane prédomine dans ce secteur.
Dans le document ci-dessous, nous vous invitons à découvrir l’architecture de ces églises où chapelles en suivant un parcours entre le village d’Ispagnac et celui du Rozier.
Parcours des églises romanes. (798.3Ko)


Devenir adhérent

Pour devenir adhérent à l’Office de Tourisme cliquez ici

Pratique

JPEG - 206.2 ko Téléchargez le guide pratique 2014 et la carte touristique des Gorges du Tarn et des Causses : locations de vacances, gîtes ruraux, hôtels, chambres d’hôtes, campings, locations de canoës kayaks, sites à visiter... Toute l’info pour préparer votre séjour et vos vacances !

Agenda

www.agenda365.fr
Toutes les manifestations du secteur sont sur l’agenda 365.
Retrouvez également notre page dédiée aux animations.